Groupeye2allShapePage 1badgenoun_1359559_ccGroup 13Group 11+GroupPage 1ShapePage 1ShapeeyePage 1Fill 5Page-1Group 26linkedinShapePage 1 Copy 2ShapeShapeplayGroup 11noun_1088090_ccOrion_searchGroup 1150Icon_5px_gridGroup 2pictoFill 3user

Rencontre avec un couple d’apiculteurs : Jean-Marie Hoyoux et son épouse Jacqueline Lamer du Clos des Abeilles, à Terwagne,

Un homme passionné qui souhaite partager les ficelles du métier.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?
« Tout a commencé par une petite visite chez un ami apiculteur qui m’a cédé deux ruches. Je m’en occupais seulement le week-end. A la base c’était un loisir qui finalement est devenu une passion. A l’heure actuelle, je détiens 20 ruches. Ce qui est le plus plaisant dans ce métier selon moi c’est d’être sur le terrain et de sélectionner des souches douces et productives »

Parlez-nous de vos produits
« Nous vendons du miel de différentes sortes. D’un côté, il y a des miels de printemps qui ont une couleur très claire et un gout très doux puis, d’un autre côté les miels d’été qui eux ont la particularité d’être brun foncé avec un gout assez prononcé. Nous fabriquons aussi des bougies et figurines en cire. »

Où les clients peuvent-ils se procurer les produits ?
« Chez nous mais nous avons aussi des revendeurs tels que boulangerie, fermes bio et coopérative.
Nous tenons à rééduquer le public à la saisonnalité des produits alimentaires, on ne peut pas s’en procurer toute l’année. Ainsi, quand il n’y a plus du miel, il n’y en a plus et il faut attendre la prochaine récolte. »

Quelles sont les vertus du miel ?
« Il y a toutes sortes de vertu. Tout d’abord les vertus nutritives ; l’abeille butine une petite goutte d’eau sucrée, le nectar, sur la fleur et l’enzyme présente dans son jabot va permettre de casser la molécule de saccharose pour devenir du glucose et du fructose. Ensuite, il y a les vertus curatives. On vous conseille de ne pas mettre du miel dans une tisane bouillante mais de le mettre au dernier moment juste avant de la boire. Et bien-sûr, vous pouvez également mettre du miel sur des petites plaies afin d’éviter qu’elles ne s’infectent. »

Quelles sont les difficultés du métier ? Sentez-vous la menace sur les abeilles ?
« Travailler avec la nature, du vivant c’est assez difficile. Il y a une augmentation de la mortalité chez les abeilles de 20% à 30%. On ne sait pas expliquer ce phénomène mais ce n’est certainement pas uniquement à cause des pesticides. »

Est-il possible aux amateurs de miel de visiter vos ruches ?
« Le week-end des 22 et 23 juin 2019, nous organiserons avec les autres apiculteurs, deux journées Fermes ouvertes et Apicharme. Il y aura 2 circuits ; un pour le tout public et un autre pour les apiculteurs. »

Clos des abeilles

 

Ce site peut améliorer votre expérience d’utilisateur en activant les cookies.

Plus d’informations